facebook-pix

L’Imprimerie Offset 5 Édition – Un acteur engagé pour l’environnement

10, Avr, 2019

acteur engagé pour l'environnement

Lucie IMHOF, Directrice Générale du Groupe Offset 5 Édition

Interrogée par Philippe Bertheau rédacteur pour le Magazine J’OSE en Vendée, Lucie Imhof, Directrice Générale du Groupe Offset 5 Édition nous dévoile sa vision de l’éco-entreprenariat.

Une vision lucide et pragmatique, loin des clichés et idées reçues sur le sujet.

Au travers de cet article extrait de la 6ème Édition du magazine j’OSE en Vendée se dégage une idée maitresse : Entreprendre de manière responsable, c’est possible.

Les clés de la réussite : Analyser et comprendre son impact pour mieux le réduire.

Bonne lecture !

 

acteur engagé pour l'environnement

Philippe Bertheau : Avant de commencer pourriez-vous nous présenter l’Imprimerie Offset 5 Édition ?

Lucie IMHOF, DG du Groupe Offset 5 Édition : « L’Imprimerie Offset 5 Édition, c’est une histoire familiale de plus de 35 ans. Je n’étais pas encore née lorsque mon père a fondé l’entreprise en 1987. Quelques trente-cinq ans plus tard, la seconde génération est là, en passe de prendre le relais. Nous travaillons dans l’entreprise avec mon mari, Mike, et mon beau-frère Jèrôme, et nous sommes entourés d’une équipe d’encadrement solide.

Notre cœur de métier est la maîtrise de la chaine graphique. Concrètement, nous accompagnons nos clients (PME, Grands Groupes, Institutions, Collectivités, Éditeurs) dans leurs projets de communication et d’édition et ce, depuis l’émergence de l’idée jusqu’à la mise à disposition du produit imprimé fini.

Nous faisons du sur-mesure à dimension industrielle.

D’un point de vue de l’organisation, le Groupe Offset 5 Édition auquel est rattaché l’Imprimerie Offset 5 Édition compte aujourd’hui près de 160 collaborateurs répartis sur deux sites de productions en Vendée et dans l’Indre. »

acteur engagé pour l'environnement

Passer de 1 à 160 collaborateurs en 35 ans, c’est presque 3 nouveaux collaborateurs engagés par an… Peut-on prendre le temps de penser à l’environnement dans un tel contexte de croissance ?

« Lorsque mon père a fondé l’entreprise il y a 35 ans, la conscience collective sur le sujet de la protection de l’environnement n’était pas celle d’aujourd’hui. Mais mon père est un amoureux de la nature et a conscience de l’impact d’une activité industrielle sur l’environnement.

D’autant que je me souvienne, limiter l’impact de l’entreprise a toujours été une préoccupation et un sujet de discussion à l’Imprimerie… et à la maison… bien avant que les hypsters et les végans s’emparent du sujet. »

 

Quelles sont vos actions concrètes ?

« Notre engagement environnemental s’articule aujourd’hui autour de quatre axes principaux :

  1. Acheter de manière responsable
  2. Produire de manière responsable
  3. Vendre de manière responsable
  4. et Investir de manière responsable. »

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Etre imprimeur, cela signifie aujourd’hui contribuer à ce que des arbres soient plantés et exploités de manière responsable. Je trouve cela vertueux. » – Lucie Imhof DG du Groupe Offset 5 Édition

Pouvez-vous nous détailler le premier axe, vous dites acheter responsable ?

« Tout à fait. En imprimerie, notre matière première c’est le papier. Le premier levier pour limiter notre impact sur l’environnement est donc de bien acheter cette matière. 98 % des papiers utilisés sur nos lignes de production sont certifiés PEFC et FSC. Ces certifications indiquent qu’ils proviennent de forêts gérées durablement. Cela signifie en d’autres termes que la fabrication de papier entre de façon importante dans la pérennisation des forêts. De fait produire, imprimer et communiquer via le support papier n’est pas forcément négatif pour l’environnement. »

acteur engagé pour l'environnement
acteur engagé pour l'environnement

« Nous sollicitons en priorité des acteurs locaux. Cela permet de diminuer les transports de marchandises et donc l’impact carbone. Même si c’est de plus en plus difficile car la filière industrielle papetière française connait un fort déclin. Pour diverses raisons, nos industries quittent le territoire national et des pays comme la Chine, le Brésil, les nations d’Europe de l’est prennent de plus en plus de poids sur le marché.

Les achats indirects sont également concernés. Cela peut sembler anecdotique mais petit à petit l’éclairage traditionnel de nos sites est remplacé par des ampoules LED. Notre unité de production fonctionne en 24h/24 et 6 jours sur 7. Multipliez ce temps par le nombre d’ampoules nécessaires à l’éclairage de bâtiments industriels et vous pouvez commencer à mesurer l’impact énergétique lié à l’éclairage.

Sur cette même thématique de l’énergie, nous faisons également évoluer notre flotte de véhicules. Deux cadres de l’entreprise sont désormais équipés de voitures hybrides et un de nos deux véhicules de livraison fonctionne 100 % à l’énergie électrique. A terme nous visons pour notre parc automobile le 100% électrique. »

Vous cherchez à lier l’utile à l’agréable, l’économique et l’environnemental ?


« C’est exactement cela. Agir pour l’environnement est d’autant plus simple lorsque le modèle est économiquement viable. Cela ne nous empêche pas de faire des actions supplémentaires pour lesquelles nous ne tirons aucun bénéfice financier, mais en tant qu’entreprise nous devons gagner de l’argent pour payer les salaires, investir et rester compétitif. Si lutter pour l’environnement va de pair avec la dimension économique, tout le monde est gagnant ! »

acteur engagé pour l'environnement

Cartons, plastiques, chiffons, liquides… Tous les déchets sont triés avant d’être retraités selon les impératifs Imprim’Vert.

acteur engagé pour l'environnement
acteur engagé pour l'environnement
acteur engagé pour l'environnement
acteur engagé pour l'environnement

Cartons, plastiques, chiffons, liquides… Tous les déchets sont triés avant d’être retraités selon les impératifs Imprim’Vert.

A ce sujet, qu’entendez-vous par investir de manière responsable ?


« L’imprimerie qu’elle soit Offset, Numérique, ou Rotative, est une industrie qui nécessite de grosses machineries, consommatrices en énergies. Lorsque vient le moment d’investir sur du nouveau matériel, nous interrogeons systématiquement nos fournisseurs sur le sujet que ce soit en terme de consommation énergétique qu’en terme de production de déchets. Ce critère rentre en compte dans le choix qu’il s’agisse d’un petit ou d’un investissement important.

Nous possédons déjà un procédé d’impression offset n’utilisant pas d’alcool. Nous faisons aussi des essais sur des évolutions techniques destinées à supprimer complètement les produits chimiques de ce procédé d’impression. Et nous avons à l’étude une technologie permettant le séchage des encres par LED et UV. De plus, les encres que nous utilisons sont fabriquées à base de matières premières renouvelables d’origine végétale. »

acteur engagé pour l'environnement

Cartons, plastiques, chiffons, liquides… Tous les déchets sont triés avant d’être retraités selon les impératifs Imprim’Vert.

Vous disiez que parmi vos quatre piliers, produire et vendre de manière responsable étaient les deux derniers axes de travail ?


« Oui, concernant la production d’imprimés, notre cœur de métier,  l’Imprimerie Offset 5 Édition possède le label IMPRIM’VERT. Ce label favorise la mise en place d’actions concrètes visant à diminuer l’impact de notre activité sur l’environnement.

Tous les mois par exemple, 90 % des 80 T de déchets que nous générons sont triés et recyclés.

Ces déchets sont de plusieurs ordres :

– les chutes de papiers, vierges ou imprimés, sont pré-triées et compactées sur place puis récupérées deux fois par semaine par l’entreprise PAPREC, pour être recyclées. Il en va de même pour les cartons et plastiques d’emballage.

– les métaux, principalement les plaques aluminium nécessaire à l’impression offset, sont également pris en charge régulièrement et revalorisés par l’entreprise METAUX FER.

acteur engagé pour l'environnement

Cartons, plastiques, chiffons, liquides… Tous les déchets sont triés avant d’être retraités selon les impératifs Imprim’Vert.

– Pour les déchets chimiques, comme les révélateurs ou produits de lavage des machines, nous avons une obligation de retraitement via une filière spécialisée. Ils sont collectés par la société CHIMIREC. Ils entrent dans les 10 % des déchets qui ne peuvent pas être recyclés.

Même les 22 000 chiffons, nécessaires au nettoyage des machines, sont mis à disposition par notre fournisseur et collectés par lui une fois usagés. Et comme chaque entreprise ou particulier peut le faire à son niveau, nos cartouches d’impression numérique sont elles aussi collectées pour intégrer les filières de recyclage. »

acteur engagé pour l'environnement

Cartons, plastiques, chiffons, liquides… Tous les déchets sont triés avant d’être retraités selon les impératifs Imprim’Vert.

Reste le volet « vendre de manière responsable » ?


« C’est peut-être le plus important et le plus difficile à travailler. Nous essayons de sensibiliser nos clients et nos prospects sur l’importance d’acheter responsable. Privilégier des papiers recyclés, commander la juste quantité et plus globalement avoir un regard critique sur le processus de production de l’imprimeur.

C’est un engagement de tous les jours. Un travail de fond auquel nous sommes très attachés. Et si nos commanditaires institutionnels intègrent désormais les certifications et les labels environnementaux dans leurs appels d’offres, le critère écologique n’est pas encore celui qui est le plus plébiscité par la clientèle.

Le prix, bien entendu, reste la priorité principale suivi désormais par le « made in France ». Mais à deux propositions équivalentes, ce sera encore très souvent l’aspect financier qui déterminera le choix du prestataire imprimeur.

C’est donc à notre équipe commerciale de faire preuve de pédagogie. »

 

Imprimer n’est pas si mauvais pour l’environnement finalement ?

« Le zéro impact n’existe pas dans le monde industriel et l’imprimerie ne fait pas exception à la règle. L’essentiel est d’en avoir conscience et d’agir pour changer les choses. A l’instar d’autres industries, et notamment celle de la communication digitale, la communication papier a une vertu, celle de dépendre de forêts pour exister. Etre imprimeur, cela signifie aujourd’hui contribuer à ce que des arbres soient plantés et exploités de manière responsable. Je trouve cela vertueux.

Vous savez, je suis maman d’une petite fille de 2 ans et demi, c’est ma responsabilité en tant que chef d’entreprise et maman, de faire bouger les choses à mon niveau pour que le contexte évolue.

De mon point de vu, on va dans le bon sens, jamais assez vite et jamais assez bien à mon goût, mais on y va ! »

acteur engagé pour l'environnement

L’imposant système d’aspiration et de compactage du papier

acteur engagé pour l'environnement

Article extrait du magazine J’OSE EN VENDEE.

acteur engagé pour l'environnement